Premier Newsletter de l’Association Phonegate Alert

Newsletter de l’Association Phonegate Alert.org : Retrouvez en un clic nos dernières actions et alertes et merci d’avance de la relayer auprès de vos amis et dans vos réseaux.

Source – News Letter


«Handynutzer wurden wissentlich getäuscht»
Handyhersteller wiesen jahrelang zu tiefe Werte aus. Kritiker sprechen von einem Skandal.

Source – PhoneGate – Beobachter

von Andres Büchi
Beobachter.ch
aktualisiert am 13. Februar 2019

 » Vorsichtige Handynutzer wissen: Bei der Anschaffung eines Mobiltelefons sollte man auf den SAR-Wert achten. Diese spezifische Absorptionsrate gibt in Watt pro Kilogramm an, wie stark ein elektromagnetisches Feld beim Nutzen des Handys maximal auf den Körper einwirkt.

Je geringer der Wert, desto weniger wird das Gewebe durch die Strahlung erwärmt. Die Weltgesundheitsorganisation (WHO) hat zum Schutz der Gesundheit Grenzwerte festgelegt. Ein Handy darf bei maximaler Sendeleistung höchstens einen SAR-Wert von 2,0 W/kg erreichen.

Vor rund anderthalb Jahren veröffentlichte die französische Regierungsagentur Agence nationale des fréquences (ANFR) nach juristischen Querelen selber gemessene Strahlungswerte Hunderter Handymodelle. Resultat: Neun von zehn Modellen, die seit 2012 getestet worden waren, überschritten die ausgewiesenen SAR-Werte teilweise deutlich » ……… Weiterlesen

Conclusions définitives téléphonie mobile et tumeurs chez l’animal

Conclusions définitives du Programme National de Toxicologie américain :
Des preuves évidentes entre ondes de téléphonie mobile et tumeurs chez l’animal

Après dix années d’études, 30 millions de dollars dépensés, et un processus robuste d’évaluation des résultats par des experts extérieurs, le NTP américain rend aujourd’hui ses conclusions définitives sur une étude dont l’objet était d’établir ou non un lien de causalité entre exposition aux ondes et cancer. Et elles sont sans appel : chez les rats mâles, l’apparition de tumeurs au niveau du coeur est reliée à l’exposition aux ondes 2 G et 3 G, et certaines preuves sont relevées concernant les tumeurs cérébrales et des glandes surrénales.

Hasard du calendrier, ces résultats arrivent au moment où 157 scientifiques et médecins et 86 ONG du monde entier en appellent à proposer des valeurs limites d’exposition réellement protectrices, en réaction aux nouvelles directives établies de manière non scientifique par l’ICNIRP, un organisme non indépendant de l’industrie, ayant pourtant mandat de l’OMS pour établir des valeurs guide.

Selon le Dr Gerd Oberfeld, du Département de Santé Publique de Salzburg en Autriche, on s’est mondialement appuyé depuis trop longtemps sur des directives partielles en matière d’exposition : L’ensemble des preuves scientifiques des effets néfastes sur la santé de l’exposition aux CEM [champs électromagnétiques] est accablant. Il n’est même plus nécessaire de faire appel au principe de précaution pour prendre des mesures.

Faut-il rappeler que les résultats que vient de publier le NTP arrivent en complément de tout un corpus de récentes études, encore non intégrées dans les expertises d’évaluation du risque, comme par exemple l’étude Lerchl de 2015 confirmant le rôle de promotion des tumeurs chez la souris à des niveaux inférieurs aux valeurs limites, ou encore cette étude épidémiologique indienne parue en novembre 2017, montrant des dommages à l’ADN chez les riverains d’antennes à des niveaux d’exposition rencontrés usuellement dans l’environnement, notamment en milieu urbain.

Des problématiques que le NTP entend maintenant explorer à l’aide de dispositifs plus petits et permettant d’obtenir des résultats plus rapidement. Ces études porteront en effet sur le développement d’indicateurs physiques mesurables, ou de biomarqueurs, des effets potentiels des radiofréquences. Celles-ci peuvent inclure des changements de paramètres tels que les dommages à l’ADN dans les tissus exposés, qui peuvent être détectés beaucoup plus tôt que le cancer.

Les auteurs de l’étude NTP insistent, en outre sur la non prise en compte, dans leurs travaux des évolutions technologiques actuelles. Comme le note Wyde, toxicologue chef des études NTP : La 5G est une technologie émergente qui n’a pas encore été évaluée. De ce que nous comprenons actuellement, il est probable que cela diffère radicalement de ce que nous avons étudié”. 

Rappelons que nombre de scientifiques s’inquiètent de l’arrivée de cette nouvelle technologie, à l’image de Lennart Hardell, lequel considère qu’ ”un moratoire sur le déploiement de la 5G devrait être mis en oeuvre.”

PRIARTEM, signataire de l’appel pour des valeurs limites réellement protectrices, réitère une nouvelle fois sa demande de réévaluation des niveaux de preuve en cancérogénicité par l’ANSES et l’abrogation du décret fixant les valeurs limites au niveau français. PRIARTEM se joindra également aux scientifiques et associations impliquées, afin de libérer l’OMS de l’emprise de l’influence de l’industrie dans la définition de sa politique en matière de champs électromagnétiques.

Association nationale P.R.I.A.R.T.EM
Correspondance : P.R.I.A.R.T.EM – Collectif des Electrosensibles de France; 5, Cour de la Ferme Saint-Lazare ; 75010 Paris
Email : Cliquez –  Tél : 01 42 47 81 54
www.priartem.frwww.electrosensible.org

5G – Appel international


Qu’est-ce que la 5G telle que décrite dans

Wikipedia ou Whatis5G ou Electrosmogtech 5G

L'Office fédéral de l'environnement a relevé les limites de la téléphonie 5G - 2018

L’Office fédéral de l’environnement a relevé les limites de la téléphonie 5G – 2018
version (Français) , version  (German) (1 of 2)
Höhere Mobilfunkgrenzwerte in CH durch Trickserei im Bundesamt für Umwelt!


See our EMF video page for more educational films

Oppositions individuelles Le Vaud

Quelques opposants à cette installation ont souhaité publier leurs lettres individuelles sur notre site Internet.

En voici quelques-unes :

Sur leurs demandes, les lettres sont anonymisées.

Autres Oppositions en Suisse

Des précisions quant aux études menées sur les effets des ondes.

2004 : « En France, une enquête a été conduite à Saint-Cyr-l’Ecole […] parce qu’en 6 ans, 4 enfants sont décédés d’un cancer du tronc cérébral, une affection très rare. Et pas moins de quatorze maladies graves ont été dénombrées aux alentours : tumeur de l’hypophyse, du cerveau, cancer des os, de la thyroïde, de la lymphe, dépression… Tous les enfants victimes de cancer étaient scolarisés dans un établissement sur le toit duquel un opérateur de téléphonie mobile avait érigé deux antennes-relais. » (1)

2006 : Publication de la 3ème édition augmentée du livre « Votre GSM, votre santé – On vous ment ! » (2), rédigé par R. Gautier, docteur en pharmacie – biologiste, P. Le Ruz, docteur en physiologie, D. Oberhausen, professeur de physique, et R. Santini, docteur ès sciences, experts sans conflit d’intérêts, dont voici quelques extraits :

  • « Les micro-ondes ont des effets cataractogènes (opacification du cristallin) chez l’homme et l’animal. » (n° 48, p. 30)
  • « Dès 2 V/m […], des pathologies lourdes sont notées. » (p. 51)
  • « Depuis 2002, le consensus semble total sur l’acceptation des effets des champs électromagnétiques pulsés de la téléphonie mobile sur l’activité électrique cérébrale mesurée par EEG. » (p. 72)
  • « Les champs électromagnétiques, que ce soit en extrêmement basses fréquences comme ceux de l’électricité, ou en radiofréquences, tels ceux de la téléphonie mobile, sont démontrés comme capables de déclencher des crises d’épilepsie. » (p. 100)

2017 : « L’exposition chronique à faible dose aux rayonnements de la téléphonie mobile endommage l’ADN des riverains d’antennes-relais. Publiée dans une revue scientifique à comité de lecture, une étude novatrice, menée par une équipe de chercheurs indiens, vient conforter la thèse de l’existence d’effets de l’exposition chronique aux radiofréquences à faible dose. […] L’exposition moyenne du groupe exposé s’élève à 1,37 V/m et les expositions les plus élevées ne dépassent pas 1,7 V/m […]. La persistance d’ADN non réparés entraîne une instabilité génomique qui peut évoluer vers des maladies incluant l’induction de cancer. » (3)

Mars 2018 : « L’incidence du glioblastome multiforme (GBM), l’une des tumeurs les plus mortelles, a plus que doublé en Angleterre entre 1995 et 2015, selon une analyse récente des statistiques nationales. Pendant cette période, le nombre de ces tumeurs est passé de 983 à 2.531. » (4)

Composée de médecins et scientifiques sans conflit d’intérêts, l’Académie européenne de médecine environnementale, EUROPAEM, recommande, dans ses lignes directrices 2016 (pièce 8) (5), pour les sources de radiofréquences de GSM (2G), d’UMTS (3G) et de LTE (4G), une exposition maximale de :

  • 0,2 V/m le jour (100 μW/m2),
  • 0,06 V/m la nuit (10 μW/m2),
  • 0,02 V/m pour les sujets sensibles (1 μW/m2).

Il suffit de comparer les valeurs recommandées par l’EUROPAEM aux 5 volts par mètre autorisés à Le Vaud par l’Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant du 23 décembre 1999 (ORNI) pour comprendre qu’une telle valeur limite, est obsolète et ne permet pas de sauvegarder la santé de la population puisqu’elle est environ de 25 à 250 fois trop élevée.

________________________________

(1) R. Forget, « Portables & antennes – mauvaises ondes », Le droit de savoir, Sang de la Terre, Paris, 2013, p. 91.

(2) R. Gautier et al., « Votre GSM, votre santé – On vous ment ! », Livre blanc des incidences du téléphone mobile et des antennes-relais sur la santé, Collection Résurgence, 3ème édition augmentée, mai 2006.

(3) Zothansiama et al., « Impact of radiofrequency radiation on DNA damage and antioxidants in peripheral blood lymphocytes of humans residing in the vicinity of mobile phone base stations », Electromagnetic Biology and Medicine, 2017, 36:3, 295-305, cité par Priartem, Communiqué du 19 mars 2018, www.priartem.fr

(4) A. Philips et al., “Brain tumours: rise in Glioblastoma Multiforme incidence in England 1995-2015 suggests an adverse environmental or lifestyle factor”, Journal of Environmental and Public Health, 21 mars 2018, cité par Microwave News, 25 mars 2018.

(5) I. Belyaev et al., “EUROPAEM EMF Guideline 2016 for the prevention, diagnosis and treatment of EMS-related health problems and illnesses”, Reviews on Environmental Health, De Gruyter Publishing House, 2016, 31(3), 363-397, table 3, 381, and table 4, 382.

Téléphonie mobile le danger dissimulé

Ce film documentaire met à la lumière : … comment les normes d’émissions trompent les peuples … comment notre santé est menacée de façon dramatique … comment les dangers sont intentionnellement dissimulés « Téléphonie mobile : le danger dissimulé »

Antennes de téléphonie mobiles Les dangers des ondes électromagnétiques sont de loin beaucoup plus menaçants que ce que nous croyons. WIFI, installations radar, la proportion de dommages causés aux personnes, aux animaux et aux plantes est déjà très avancée.

Téléphones portables, diagnostic : Cancer (chez un enfant de 7 ans), les médias nous dissimulent l’étendue de faits clairs. Les lobbies de la téléphonie mobile dissimulent intentionnellement les dangers BLUETOOTH. Les autorités compétentes acceptent trop facilement les maladies graves.

www.kla.tv/5859

See our EMF video page for more educational films