Blog

The Court of Appeal of Turin Confirms the Link Between a Head Tumour and Mobile Phone Use

The Court of Appeal of Turin confirms the link between a head tumour and mobile phone use

Equipe Phonegate 15 Jan 2020

The Court of Appeal of Turin confirms in a full judgment published on 13 January 2020 (904/2019 of 3.12.2019 , Romeo v. INAIL) the decision of the Tribunal of Ivrea of 2017. Judge Fadda considers that the worker’s acoustic neuroma (benign tumour of the head) was indeed caused by the use of the mobile phone.

Direct link to judgment.

According to the Court:

“there is protective scientific jurisprudence that supports the assertion of causation based on criteria of “more likely than not”. P.33.”

And to add:

“Epidemiological data, the results of experiments on animals (not contradicted, at present, by other experiments of the same type), the duration and intensity of exposure … which are particularly important in view of the dose-response relationship established – at the scientific level – between exposure to mobile phone radiofrequencies and the risk of acoustic neuroma, as well as the absence of any other factor which could have caused the disease”.

The scientific analysis by independent experts appointed by the Court confirms the causal link

All the scientific elements of the case were re-examined and re-analysed by two new experts appointed by the Court of Turin (Carolina Marino, Angelo D’Errico). The Court of Appeal fully accepted their conclusions and rejected INAIL’s* appeal, stating that CTU had provided:

“strong evidence to assert a causal role between the complainant’s occupational exposure, his exposure to radiation from mobile phones and the disease that occurred”.

This is the second Italian appeal judgment in favour of a worker after the Brescia judgment in 2010, which concluded with the confirmation of the Supreme Court in 2012, case of Marcolini v. INAIL. In this case, the Court of Bergamo had rejected the application in first instance.

A landmark judgment that will have international repercussions

The Romeo v. INAIL case is therefore historic. It is the first in world judicial history to have had two consecutive judgments in favour of the plaintiff. It is also historic because of the principles underlying this decision and particularly because it is written about the conflicts of interest of certain experts close to the mobile phone industry.

Conflicts of interest and the role of the ICNIRP pinpointed by the Tribunal

Indeed, the Tribunal recognizes that telephone industry-funded scientists, or members of the ICNIRP, are less reliable than independent scientists:

“Much of the scientific literature that excludes carcinogenicity from RF exposure, or at least argues that research to the contrary cannot be considered conclusive… is in a position of conflict of interest, which is not always asserted: see, in particular, on page 94 of the report, the Applicant’s defence (not contested by the other party) that the authors of the studies indicated by INAIL, who are mentioned by name, are members of ICNIRP and/or SCENIHR, which have received, directly or indirectly, funding from industry. P. 33.”

The Turin CTU states:

“It is considered that less weight should be given to studies published by authors who have not declared the existence of conflicts of interest. In this case, conflict of interest situations may arise in relation to the assessment of the effect of radio frequencies on health, for example :

  1. cases where the author of the study advised the telephone industry or received funding for studies from the telephone industry
  2. if the author himself is a member of the ICNIRP.”

For Dr. Marc Arazi, President of Phonegate Alert:

“Attorney Stefano Bertone’s determined fight to defend the victims of overexposure to our mobile phone waves and the consequences for their health is exemplary. He was one of the first lawyers to take the measure of the revelations linked to the Phonegate scandal. A year ago, together with his law firm and the Italian association APPEL, he and his firm condemned the Italian government to launch major information campaigns on the risks associated with the use of mobile phones. This new decision is all the more important and confirm the need for a moratorium on the deployment of 5G”.

*Istituto Nazionale per l’Assicurazione contro gli Infortuni sul Lavoro


To learn more on the same subject:

Source = The court of appeal of Turin confirms the link between a head tumour and mobile phone use

French versions can be viewed at

PhoneGateAlert.org and mieuxprevenir2.blogspot.com

Suisse : Les risques liés à la 5G font débat

Meris Michaels

A la demande de plusieurs citoyens suisses, l’expert en radiofréquences, le Dr Lennart Hardell a adressé une lettre à la Présidente de la Confédération, cosignée par vingt-deux experts de renommée internationale contestant les conclusions biaisées de l’évaluation des risques sanitaires de la téléphonie mobile en Suisse

Source = Suisse : Les risques liés à la 5G font débat

Switzerland: The Risks of 5G are Under Debate

The risks of 5G are under debate
by Meris Michaels, Letter to the Editor, Tribune de Genève, 14 January 2020 – translation

While the number of « 5G » antennas is exploding in Geneva and elsewhere in Switzerland, the authorities continue to claim that « no health effect has been consistently proven ».

At the request of several Swiss citizens, on 7 January, radio frequency expert Dr. Lennart Hardell sent a letter to the President of the Confederation, co-signed by twenty-two internationally renowned experts, challenging the biased conclusions of the health risk assessment of mobile telephony in Switzerland.

These experts, without any conflict of interest, believe that the report « Mobile telephony and radiation » of the working group mandated by the Confederation contains an assessment that is « scientifically inaccurate and is in opposition to the opinion of the majority of scientists in this field ». They fear that the reports led by a certain Swiss expert may be influenced by his links with the wireless industry.

It is time for the authorities to stop hiding the risks associated with wireless technology and support the recommendations in the letter: declare a moratorium on 5G until independent research by scientists with no links to the industry confirms its safety. These experts also recommend an awareness campaign to educate the public about the health risks of exposure to radio frequency radiation and the safe use of the technology (e.g., deployment of wired Internet in schools).

Source = Switzerland: The Risks of 5G are Under Debate

Die Schweiz demonstriert und informiert am 25.1.2020 in verschiedenen schweizer Städten friedlich und bunt gegen 5G.

Stop-5g-Schweiz.ch listing demos in Basel – Bern – Biel – Brienz – Brig – Brugg – Chur – Delement – Frauenfeld – Geneva – Luzern – Thun – Schaffhausen – St.Gallen – Uster – Zurich…
25 Jan 2020 Stop 5G Protest in Zurich

Some news reporting covering the Swiss wide « Stop5G » demos held 25Jan2020

Electrosmog: Les médecins sortent du bois. Vraiment?

Alerte.ch – Agir

Combien vaut une vie?

L’augmentation fulgurante de la pollution électromagnétique n’est pas encore reconnue comme une menace sanitaire sérieuse par le secteur médical. Pourquoi? Malheureusement le secteur est sous l’emprise de l’industrie qui voit d’un mauvais œil toute tentative de réglementation pouvant entraver ses intérêts économiques. Comment cela peut-il se faire? Par des stratégies qu’on appelle cyniquement « défense de produit ». Néanmoins un nombre croissant de médecins sortent du bois pour entamer un combat difficile et courageux.

La science médicale est indépendante. Vraiment?

Depuis la fin du 20ème siècle, les intérêts commerciaux ont fortement influencé le curriculum médical et ils continuent à biaiser l’information disponible pour la formation professionnelle. Lorsque l’on questionne un médecin au sujet de l’électrosmog, on ressent souvent une hésitation dévoilant un malaise. Ce sujet semble malheureusement tabou pour la plupart d’entre eux. Même l’OMS (Organisation mondiale de la Santé) est très ambiguë dans son classement de la pollution électromagnétique (classe 2B: potentiellement cancérigène). Par conséquent, un médecin lanceur d’alerte qui s’inquiète publiquement des risques d’une augmentation incontrôlée de l’électrosmog, peut subir une procédure disciplinaire. Sa carrière professionnelle pourrait être affectée car on pourrait lui retirer son droit de pratiquer la médecine. On peut aussi le faire passer pour un charlatan ou une personne incompétente et déséquilibrée.

Le malaise du médecin peut aussi s’expliquer par son manque de formation en médecine environnementale. La formation des médecins semble voir le corps humaine comme un ensemble de molécules chimiques que l’on peut traiter avec d’autres molécules sous forme de médicaments. Cette conception s’adresse principalement aux symptômes et manque de vision holistique. L’importance des courants électriques subtils pour assurer une coordination entre les fonctions biologiques du corps est lacunaire.

Il n’existe pas de preuves scientifiques. Vraiment?

Une preuve scientifique n’est reconnue qu’après l’examen d’une série de critères rigoureux, allant de l’utilisation de méthodologies reconnues dont, une révision par les pairs et la confirmation par des recherches indépendantes. Mais quand des règles sont établies, il se trouve toujours des malins qui réussissent à les contourner. Un consultant peut même être mandaté pour aider à réaliser une « défense de produit ». Si une preuve scientifique constitue une menace pour un intérêt économique, une recherche frauduleuse peut être parrainée pour contredire celle-ci. On crée ainsi une confusion qui nuit à notre connaissance scientifique. L’infiltration des intérêts économiques rend de plus en plus difficile de faire confiance à la science. Le nombre de publications scientifiques sur les effets biologiques des champs électromagnétiques a déjà dépassé les 30’000! (voir: l’EMF Portal). Il est impensable que des milliers d’articles relus par des pairs soient écrits par des chercheurs incompétents. C’est pourtant ce que certains industriels et politiciens semblent nous faire croire. Il est vrai que l’existence des effets biologiques ne représente pas en soi une preuve scientifique formelle d’une menace sanitaire. Néanmoins, il faut être doté d’une bonne dose de naïveté pour croire qu’une augmentation du niveau de l’électrosmog de l’ordre de 1018 est sans conséquences pour la santé! De plus l’absence de preuves sur la nocivité n’est pas une preuve de l’innocuité. Nombre de médecins ont probablement une intime conviction qu’une grande menace se dessine à l’horizon.

Le principe de précaution est appliqué. Vraiment?

Pas assez. Pour les lanceurs d’alerte, il est très difficile et périlleux de se faire entendre dans un environnement largement ignorant et hostile. Heureusement, les associations de médecins en Suisse commencent à agir en soulevant le principe de précaution et cette tendance, bien que encore timide, peut libérer les médecins lanceurs d’alerte. Ainsi la Fédération des médecins suisses (FMH) exige la mise en place d’un système de surveillance des rayons non ionisants ou des recherches complémentaires sur l’impact du rayonnement sur la santé (motion au conseil d’état 18.3006 Session du 5 mars 2018). Le président de la FMH déclare dans une interview avec la presse: « Pour nous, ce qui importe est le principe de précaution, qui seul permettra de minimiser les risques liés à la nouvelle technologie. Des groupes d’experts doivent rendre leurs différents rapports au cours des prochains mois. Il nous est donc évident que ce n’est qu’ensuite que la décision doit être prise, en pleine connaissance de ces avis. Si nous comprenons les attentes d’une partie des citoyens, avides de pouvoir utiliser leurs différents appareils de façon plus rapide, il nous semble que la sérénité et la sagesse devraient être la règle devant ce qui apparaît comme une incertitude en termes de santé et de protection des citoyens à ce jour. C’est là où le principe de précaution nous paraît incontournable malgré la pression colossale de l’industrie devant un tel marché. »

Une autre position encore plus récente nous parvient de l’association MfE (Médecins en faveur de l’Environnement). Dans leur communiqué de Presse du 28 novembre 2019, on peut lire: « Les MfE refusent toute hausse des valeurs limites et exigent un attachement au principe de précaution. Car de plus en plus d’études considèrent que le rayonnement de téléphonie mobile est nuisible pour la santé. En 2011 déjà, le Centre international de Recherche sur le Cancer (CIRC) de l’Organisation Mondiale de la Santé (OMS) classifiait le rayonnement comme potentiellement cancérigène. En raison de nouvelles études préoccupantes, le comité consultatif du CIRC s’est prononcé, en avril 2019, pour une réévaluation hautement prioritaire de ce risque de cancer provoqué par le rayonnement ».

Les médecins vont-ils finalement rompre leur silence assourdissant?

Logiquement les positions récentes de la FMH et les MfE devraient diminuer leurs réticences. Nous, leurs patients, pourrions les aider à prendre des positions plus courageuses. Nous pouvons, par exemple, leur donner une copie des « Lignes directrices 2016 de l’EUROPAEM pour la prévention, le diagnostic et le traitement des sujets atteints de problèmes de santé et de maladies en lien avec les champs électromagnétiques«  (https://europaem.eu/de/bibliothek/artikel/124-europaem-emf-leitlinie-2016). Et les médecins pourraient peut-être s’inspirer de l’exemple du médecin généraliste britannique Dr Andrew Tresidder qui a écrit un article visant l’éducation des acteurs de la santé publique de son pays au sujet de l’électrosmog. Le titre en français « A mes confrères, médecins généralistes, psychiatres, neurologues et représentants d’autres spécialités médicales: L’électrohypersensibilité – une maladie environnementale, un diagnostic authentique, et non une maladie délirante ». Télécharger la version originale en anglais ou la traduction française. Merci à Amina Gadri pour son travail de traduction!

Source = Alerte.ch – Electrosmog Les Médecins sortent du bois. Vraiment?

Global Day of Protest Against 5G, January 25, 2020

GLOBAL DAY OF PROTEST AGAINST 5G, JANUARY 25, 2020

Events Planned in 31 Countries So Far (06Jan2020)

listing more than 263 protest events. (25Jan2020)

INTERNATIONAL APPEAL WILL BE DELIVERED TO GOVERNMENTS
AROUND THE WORLD

Signed by Scientists and Doctors from 202 Countries and Territories

THE ISSUE: MICROWAVING OUR PLANET

While the media’s attention with regard to environmental issues has been captured by climate change, fracking, and plastics in the ocean, an International Appeal to Stop 5G on Earth and inSpace has been quietly making its way around the world. Signed by 4,800 scientists, 2,800 medical doctors, 770 beekeepers, 2,000 environmental organizations, and 180,000 others from 202 countries and territories, this Appeal calls on the world’s governments to stop the deployment of 5G.

On January 25, 2020, environmental groups are planning events in 31 capital cities so far, with more being added daily. Their goal is to stop the deployment of millions of 5G antennas on Earth and 50,000 5G satellites in space, and to secure emergency high-level meetings with officials in governments and international governmental organizations including the European Union, the United Nations, and the World Health Organization.

The issue is microwave radiation, which has been steadily intensifying for over two decades courtesy of the wireless revolution. 5G will bring a huge increase in radiation, virtually overnight, everywhere—in cities, suburbs, parks, nature preserves, wildlife refuges, oceans, Greenland, and Antarctica. Instead of cell towers every few miles, there will be cell towers—small but powerful—in front of every third to fifth home. Instead of 2,000 satellites orbiting the Earth, there will shortly be 50,000.

The organizers of the events of January 25, 2020 include people who have already been so severely injured by wireless devices that they can no longer participate in society at all. They are fighting for their own lives, the lives of their children, and the lives of the insects, birds, animals, and all of us.

GLOBAL DAY OF PROTEST AGAINST 5G, JANUARY 25, 2020
January 6th, 2020 For Immediate Release

Contact: Kate Kheel, USA kate@stop5ginternational.org
Tanja Katarina Rebel, UK tankarebel@stop5ginternational.org
Pernille Schriver, Denmark denmark@stop5ginternational.org

Source – Stop 5G International press release 6 Jan 2020

5G: Vaud prend ses responsabilités et maintient le moratoire!

Communiqué 2019 – Les Verts, mouvement écologiste vaudois
13 Dec 2019

Le Conseil d’Etat a annoncé ce jour maintenir le gel des autorisations cantonales pour les nouvelles antennes 5G. C’est une excellente nouvelle. Cette décision fait suite au “moratoire” sur le déploiement de la 5G demandé par le Grand Conseil vaudois qui avait adopté la résolution du député des Vert∙e∙s Raphaël Mahaim. En outre, et pour que la population puisse se prononcer sur chaque modification d’antenne déjà existante, les Vert∙e∙s interviendront dans les conseils communaux et généraux pour s’assurer que des mises à l’enquête soient systématiquement effectuées.

La Confédération a publié, il y a quelques jours, un rapport très attendu sur le déploiement de la 5G dans le pays. Ce rapport, intéressant sous l’angle des informations qu’il contient, se distingue toutefois par une absence de vision claire quant aux décisions politiques à prendre en lien avec le déploiement de cette technologie.

Dans ce contexte de grande incertitude, le canton de Vaud prend ses responsabilités en maintenant le gel des autorisations cantonales spéciales nécessaires à la construction de nouvelles antennes de téléphonie mobile. Ce moratoire avait été provoqué par le Grand Conseil vaudois lors d’un vote favorable à la résolution du député des Vert∙e∙s Raphaël Mahaim. Le Conseil d’Etat le justifie notamment par le fait que le Canton ne dispose pas des protocoles de mesure nécessaires à l’analyse de la conformité des nouvelles antennes 5G.

Le déploiement de la technologie 5G ne saurait se faire contre la volonté populaire. Les risques pour la santé et l’environnement sont encore mal connus et l’arrivée de nouvelles fréquences nécessaires à la 5G, comme les fameuses ondes millimétriques, demandent une modification des valeurs-limites de protection contre le rayonnements. Alors que la Suisse jouit d’une longue tradition de consultation de la population pour de nouveaux projets, les opérateurs de téléphonie mobile ont voulu passer en force. La Confédération a ainsi octroyé les concessions pour la 5G sans même que le débat sur les risques et les opportunités de cette technologie pour la population n’ait pu avoir lieu. Les Vert∙e∙s le regrettent.

Pour tenter de pallier cet écueil, les Vert∙e∙s encouragent les communes à mettre à l’enquête publique toute demande d’opérateurs qui viserait à modifier leurs antennes de téléphonie existantes afin d’y intégrer la technologie 5G tout en respectant les normes légales en vigueur. La population doit en effet pouvoir être consultée sur ces demandes. C’est pourquoi les Vert∙e∙s interviendront d’ailleurs systématiquement dans les Conseils communaux et généraux des communes vaudoises pour que ces mises à l’enquête soient effectuées

Enfin, les Vert∙e∙s relèvent que les “promesses” de la technologie 5G (ultra-haut débit, internet des objets, etc.) soulèvent des questions fondamentales en termes de consommation d’énergie et d’obsolescence programmée. Indépendamment de la question du rayonnement non-ionisant, les Vert∙e∙s considèrent que cette course effrénée doit être remise en question: le technologie peut certes être un atout et un outil dans la lutte contre le gaspillage, mais elle peut aussi se transformer en accélérateur de ce gaspillage. Grâce au lancement d’initiatives populaires en préparation, le débat pourra enfin avoir lieu sur la place de cette technologie en Suisse.

Source – 5G: Vaud prend ses responsabilités et maintient le moratoire!

Postulat «Nachhaltiges Mobilfunknetz» vom Ständerat angenommen

Veröffentlicht am 13. Dezember 2019 – Schutz-vor-Strahlung.ch

Frau Ständerätin Brigitte Häberli-Koller hat im September 2019 das Postulat 19.4043 «Nachhaltiges Mobilfunknetz» eingereicht. Der Bundesrat hat Ende November 2019 dazu Stellung genommen und das Postulat zur Ablehnung empfohlen. Der Ständerat hingegen kommt zu einem anderen Schluss und nimmt das Postulat Häberli-Koller mit 25:19 Stimmen an.

Wir danken dem Ständerat dafür, dass er ein weiteres Mal in unserem Sinne entschieden hat, nachdem er bereits zwei Mal «Nein» zur Erhöhung der NIS-Grenzwerte in die Urne gelegt hat.

Das Postulat forderte weitere Klärung:

Frau Ständerätin Brigitte Häberli-Koller

« […] Der Fokus liegt dabei in erster Linie auf der Klärung der gesundheitlichen Folgen der Strahlung und insbesondere von 5G. Neben der Erforschung der Gesundheitseffekte ist es aber auch wichtig, sich Gedanken zu machen, wie ein nachhaltiges Netz für die Zukunft gestaltet werden müsste, das möglichst geringe Strahlung zur Folge hat und dennoch eine hohe Qualität aufweist. […] »

Auszug aus dem Postulat 19.4043 (Sept. 2019) von Häberli-Koller

Auch nach dem UVEK-Bericht «Mobilfunk und Strahlung» bleiben wesentliche Fragen unbeantwortet.. Häberli-Koller warf in Ihrem Postulat die Frage auf, ob nicht ein zentrales Mobilfunknetz à la Swissgrid sinnvoller wäre:

« […] Insbesondere wäre zu untersuchen, welche Vor- und Nachteile die heutige reine Marktlösung gegenüber einer Alternative mit einem einheitlichen Mobilfunknetz hätte. Der Bundesrat beruft sich auf den Gesetzgeber, der mit dem FMG einen Infrastrukturwettbewerb will. Bevor nun im Parlament überhaupt über diese Frage diskutiert werden kann, müssen mögliche Lösungen dargestellt und bewertet werden. Der Bundesrat soll dies in einem Bericht nun tun. […] »

Auszug aus der Interpellation 19.4043 (Sept. 2019) von Häberli-Koller

Zum Beispiel wurde in der Stadt Zürich bereits vor Jahren ein einheitliches Glasfasernetz (EWZ) erfolgreich realisiert. Darüber erbringen nun rund zehn Dienstleister ihre Angebote, ohne die Notwendigkeit, ein eigenes Glasfasernetz aufbauen und unterhalten zu müssen. Dasselbe Vorgehen wäre im Mobilfunk durchaus sinnvoll.

Frau Häberli-Koller bleibt aktiv und hartnäckig
Bereits früher, im März 2019, hat Frau Ständerätin Häberli-Koller die Interpellation 19.3169 eingereicht, in der sie

  • diverse Fragen zu einer optimalen Netzstruktur gestellt hat;
  • die Bedenken der Aefu (Ärztinnen und Ärzte für Umwelt) hervorhebt;
  • über den erfolgreichen Einsatz kleinzelliger Netze am Beispiel St. Gallen informiert.

« […] Am Freitag, dem 8. März 2019, strahlte das SRF eine « Arena »-Sendung zum Thema « Wer hat Angst vor 5G? » aus. Darin wurde klar, dass die Beurteilung der Schädlichkeit der Strahlung nach wie vor ungeklärt ist. […] »

Auszug aus der Interpellation 19.3169 (März 2019) von Häberli-Koller

Die März-Interpellation wurde vom Bundesrat beantwortet.

Source = Postulat «Nachhaltiges Mobilfunknetz» vom Ständerat angenommen