Des précisions quant aux études menées sur les effets des ondes.

2004 : « En France, une enquête a été conduite à Saint-Cyr-l’Ecole […] parce qu’en 6 ans, 4 enfants sont décédés d’un cancer du tronc cérébral, une affection très rare. Et pas moins de quatorze maladies graves ont été dénombrées aux alentours : tumeur de l’hypophyse, du cerveau, cancer des os, de la thyroïde, de la lymphe, dépression… Tous les enfants victimes de cancer étaient scolarisés dans un établissement sur le toit duquel un opérateur de téléphonie mobile avait érigé deux antennes-relais. » (1)

2006 : Publication de la 3ème édition augmentée du livre « Votre GSM, votre santé – On vous ment ! » (2), rédigé par R. Gautier, docteur en pharmacie – biologiste, P. Le Ruz, docteur en physiologie, D. Oberhausen, professeur de physique, et R. Santini, docteur ès sciences, experts sans conflit d’intérêts, dont voici quelques extraits :

    • « Les micro-ondes ont des effets cataractogènes (opacification du cristallin) chez l’homme et l’animal. » (n° 48, p. 30)
  • « Dès 2 V/m […], des pathologies lourdes sont notées. » (p. 51)
    • « Depuis 2002, le consensus semble total sur l’acceptation des effets des champs électromagnétiques pulsés de la téléphonie mobile sur l’activité électrique cérébrale mesurée par EEG. » (p. 72)
  • « Les champs électromagnétiques, que ce soit en extrêmement basses fréquences comme ceux de l’électricité, ou en radiofréquences, tels ceux de la téléphonie mobile, sont démontrés comme capables de déclencher des crises d’épilepsie. » (p. 100)

2017 : « L’exposition chronique à faible dose aux rayonnements de la téléphonie mobile endommage l’ADN des riverains d’antennes-relais. Publiée dans une revue scientifique à comité de lecture, une étude novatrice, menée par une équipe de chercheurs indiens, vient conforter la thèse de l’existence d’effets de l’exposition chronique aux radiofréquences à faible dose. […] L’exposition moyenne du groupe exposé s’élève à 1,37 V/m et les expositions les plus élevées ne dépassent pas 1,7 V/m […]. La persistance d’ADN non réparés entraîne une instabilité génomique qui peut évoluer vers des maladies incluant l’induction de cancer. » (3)

Mars 2018 : « L’incidence du glioblastome multiforme (GBM), l’une des tumeurs les plus mortelles, a plus que doublé en Angleterre entre 1995 et 2015, selon une analyse récente des statistiques nationales. Pendant cette période, le nombre de ces tumeurs est passé de 983 à 2.531. » (4)

Composée de médecins et scientifiques sans conflit d’intérêts, l’Académie européenne de médecine environnementale, EUROPAEM, recommande, dans ses lignes directrices 2016 (pièce 8) (5), pour les sources de radiofréquences de GSM (2G), d’UMTS (3G) et de LTE (4G), une exposition maximale de :

    • 0,2 V/m le jour (100 μW/m2),
    • 0,06 V/m la nuit (10 μW/m2),
  • 0,02 V/m pour les sujets sensibles (1 μW/m2).

Il suffit de comparer les valeurs recommandées par l’EUROPAEM aux 5 volts par mètre autorisés à Le Vaud par l’Ordonnance sur la protection contre le rayonnement non ionisant du 23 décembre 1999 (ORNI) pour comprendre qu’une telle valeur limite, est obsolète et ne permet pas de sauvegarder la santé de la population puisqu’elle est environ de 25 à 250 fois trop élevée.

________________________________

(1) R. Forget, « Portables & antennes – mauvaises ondes », Le droit de savoir, Sang de la Terre, Paris, 2013, p. 91.

(2) R. Gautier et al., « Votre GSM, votre santé – On vous ment ! », Livre blanc des incidences du téléphone mobile et des antennes-relais sur la santé, Collection Résurgence, 3ème édition augmentée, mai 2006.

(3) Zothansiama et al., « Impact of radiofrequency radiation on DNA damage and antioxidants in peripheral blood lymphocytes of humans residing in the vicinity of mobile phone base stations », Electromagnetic Biology and Medicine, 2017, 36:3, 295-305, cité par Priartem, Communiqué du 19 mars 2018, www.priartem.fr

(4) A. Philips et al., “Brain tumours: rise in Glioblastoma Multiforme incidence in England 1995-2015 suggests an adverse environmental or lifestyle factor”, Journal of Environmental and Public Health, 21 mars 2018, cité par Microwave News, 25 mars 2018.

(5) I. Belyaev et al., “EUROPAEM EMF Guideline 2016 for the prevention, diagnosis and treatment of EMS-related health problems and illnesses”, Reviews on Environmental Health, De Gruyter Publishing House, 2016, 31(3), 363-397, table 3, 381, and table 4, 382.