Smartphones contre la tête des jeunes portent un risque !

Nous avons envoyé ce commentaire à la Tribune de Genève en réponse à leur article sur l’étude Mobi-Kids, dont de nombreux médias suisses ont récemment fait état :

Article : Le smartphone n’abîmerait pas les jeunes cerveaux

Notre commentaire :

En mai 2022, le journal Reviews on Environmental Health a publié une critique de l’étude Mobi-Kids contredisant la conclusion qu’il n’y a pas de lien entre le rayonnement électromagnétique (EM) des téléphones portables et les tumeurs cérébrales chez les enfants et les adolescents: « …nous pensons que les résultats tels que rapportés dans cette étude semblent ininterprétables et devraient être rejetés. » Les conflits d’intérêts avec l’industrie des télécoms de plusieurs des auteurs ont aussi été cités. L’enquête de l’association Alerte Phonegate montre que dix des dix-huit intervenants chargés de la mesure de l’exposition des jeunes atteints de tumeurs cérébrales travaillaient directement ou indirectement pour l’industrie des télécoms. Et les auteurs de l’étude ont écarté les dernières données, par exemple de Santé Publique France qui montrent plus d’un quadruplement en 30 ans des cas de glioblastomes en France pour les deux sexes et dans tous les groupes d’âge. L’agence précise que l’exposition au rayonnement EM pourrait jouer un rôle dans l’augmentation de ces cancers.

Les enfants, dont le crâne est plus fin et plus petit, absorbent davantage ces rayonnements que les adultes. Tous les fabricants de smartphones affichent des avertissements stipulant la distance minimale de la peau que l’utilisateur doit tenir l’appareil afin de ne pas dépasser les limites légales d’exposition aux rayonnements EM. Nous devons protéger nos jeunes en éloignant les smartphones de leurs corps et surtout de leur tête.

par Meris Michaels

Références

Source – Mieux Prévenir – Smartphones contre la tête des jeunes portent un risque !