Sion-Vissigen Plus de 1,000 signatures contre une antenne

Sion : Un projet d’antenne-relais pour la téléphonie mobile suscite la colère des habitants de Vissigen qui se mobilisent. Une pétition a été lancée.

Muriel Buffet-Michaud et 1000 autres habitants du quartier de Vissigen ne veulent pas entendre parler de l’installation d’une antenne.

Les habitants de Vissigen sont en colère. Ils ont découvert en fin d’année passée que l’opérateur Sunrise prévoyait d’installer une antenne-relais au coeur du quartier, à la rue du Parc. Très rapidement, la résistance s’est organisée et une association a été créée. «Hors de question que l’on autorise l’installation d’un tel engin au milieu des habitations! Les ondes sont cancérigènes, cette antenne est dangereuse et elle va provoquer de graves problèmes de santé auprès des nombreuses personnes qui vivent dans les environs», martèle Muriel Buffet-Michaud qui préside l’association contre l’antenne.

Selon elle, il est question d’une antenne pour la 5G qui est beaucoup plus puissante que l’actuelle 4G «et donc les risques sont plus élevés». Une pétition a été lancée et elle a recueilli 1009 signatures. Plusieurs oppositions ont également été déposées. «Je suis révoltée par la manière dont les choses sont faites. Si personne n’avait vu la mise à l’enquête, la construction aurait été validée. Un autre projet est prévu à la rue de l’Envol proche du collège, les gens doivent se mobiliser»

Pas de la 5G selon Sunrise
Pointé du doigt, l’opérateur Sunrise précise d’emblée qu’il n’est pas question d’une antenne 5G mais d’un système conventionnel multi bande. Une réponse qui fait bondir Muriel Buffet-Michaud: «Notre avocat a consulté le dossier et c’est bien la 5G qui est évoquée.» Interrogé sur la localisation de l’antenne, Rolf Ziebold, porte-parole de Sunrise, répond «que le réseau est constamment développé pour assurer la couverture mais aussi la capacité». Il ajoute: «Les antennes doivent être situées là où se trouvent nos clients.» Sous-entendu dans les zones résidentielles.

Du côté de la Ville de Sion, où les pétitions ont été remises, Jean-Paul Chabbey, architecte de la municipalité, indique que c’est le Service cantonal de l’environnement qui gère tout ce qui relève des antennes. «Ces deux projets d’antennes n’ont pas encore été transmis à notre service. Les communes ont l’obligation de nous faire suivre les demandes d’autorisation de construire relatives aux installations de téléphonie mobile. Une fois que nous aurons reçu les demandes relatives aux antennes de la rue du Parc et de l’Envol, nous vérifierons que les exigences de protection contre le rayonnement non ionisant soient bien remplies pour toute la population alentour», relève Joël Rossier, chef du service.

Par David.Vaquin@LENOUVELLISTE.CH
Photo Sabine.Papilloud@LENOUVELLISTE.CH
Source : lenouvelliste.ch, 15 janvier 2019 Sion-Vissigen